image_ColRoss-Officers-1875
History Sponsors

Les Governor General’s Foot Guards célèbrent leur 150e anniversaire en 2022

Formed on June 7, 1872, the Governor General’s Foot Guards (GGFG) is Canada’s senior Army Reserve infantry regiment.

Au cours des 150 dernières années, le régiment a reçu 34 honneurs de guerre, et ses membres ont servi à l’étranger et au pays dans des guerres, des missions de maintien de la paix et des opérations nationales et internationale.

Actuellement, le GGFG fournit des renforts individuels aux unités de la Force régulière lorsqu’elles sont déployées dans le cadre d’opérations. Plus récemment, le régiment a déployé des membres dans le cadre de l’opération IMPACT en Irak et en Jordanie, de l’opération CALUMET en Égypte, de l’opération SOPRANO au Soudan, de l’opération REASSURANCE en Pologne et en Lettonie et de l’opération UNIFIER en Ukraine.

Le régiment maintient également une solide capacité d’intervention à l’échelle nationale pour soutenir les Canadiens au pays en cas de catastrophe naturelle ou d’urgence. Le régiment a déployé des soldats lors de la tempête de verglas de 1998, lors des inondations de 2017 et de 2019, et lors de la pandémie COVID-19 en 2020.

Le GGFG a son siège au Cartier Square Drill Hall à Ottawa depuis 1879.

Les membres du régiment prennent part à l’expédition du Nil de 1884 et, l’année suivante, fournissent une compagnie de tireurs d’élite à la colonne de Battleford pendant la rébellion du Nord-Ouest, où le régiment subit ses deux premières pertes à la bataille de Cut Knife Hill. Pendant la guerre des Boers, le régiment fournit des volontaires pour les différents contingents canadiens, principalement le 2nd (Special Service) Battalion, Royal Canadian Regiment of Infantry.

Le GGFG perpétue deux bataillons du Corps expéditionnaire canadien qui ont participé à la Première Guerre mondiale. Le 2e bataillon (Est de l’Ontario),  » The Iron Second « , qui faisait partie de la 1re Division canadienne, a servi sans interruption sur le front occidental de 1915 jusqu’à la fin de la guerre en 1918. Le 2e bataillon a également participé aux batailles d’Ypres, de Saint-Julien, de Festubert, de Pozières, de Vimy (1917), d’Arleux, de la colline 70, de Passchendaele, d’Amiens et du Canal du Nord, pour n’en citer que quelques-unes. À la fin de la guerre, 242 officiers et 5 084 soldats avaient combattu au sein du bataillon. De ce nombre, 52 officiers et 1 227 soldats ont été tués. Le 77e bataillon (Ottawa) a fourni des renforts au Corps canadien jusqu’au 22 septembre 1916, date à laquelle son personnel a été absorbé par le 47e bataillon (British Columbia), CEF et le 73e bataillon (Royal Highlanders of Canada) et le bataillon a été dissous. Les honneurs et les traditions de ces bataillons sont perpétués par le GGFG.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le GGFG a été mobilisé en mai 1940. En 1942, le régiment a été réenrôlé pour devenir une unité blindée afin de répondre au besoin d’un plus grand nombre d’unités blindées dans l’Armée canadienne, prenant le nom de  » 21e Régiment blindé canadien (G.G.F.G.) « . Il s’embarque pour la Grande-Bretagne le 23 septembre 1942. Le 24 juillet 1944, il débarque en France au sein de la 4e Brigade blindée, 4e Division blindée canadienne, et continue de combattre dans le nord-ouest de l’Europe jusqu’à la fin de la guerre, prenant part à la bataille de Normandie, à la bataille de l’Escaut et à la Rhénanie. Au cours de la guerre, le régiment a enregistré 101 morts et 284 blessés. Forceful III, un char Sherman qui a servi avec le régiment, est actuellement exposé au Musée canadien de la guerre à Ottawa et est dédié à la mémoire des membres du GGFG l, tués pendant la Seconde Guerre mondiale.

Depuis, les membres ont participé à de nombreuses opérations des Nations Unies et de l’OTAN, notamment à Chypre, en Somalie, dans l’ancienne République de Yougoslavie, en Haïti, en Éthiopie et en Sierra Leone. Au cours de la mission canadienne en Afghanistan, le GGFG a déployé de nombreux membres, prenant part aux Task Force 3-06, Task Force 3-08 et Task Force 1-10 à Kandahar, ainsi qu’à la mission d’entraînement Op ATTENTION à Kaboul.

Pour leur service actif, les membres du régiment ont reçu plus de 500 décorations, dont deux Croix de Victoria.

GG02-2017-0242-017
June 25, 2017
Ottawa, Ontario, Canada
His Excellency the Right Honourable David Johnston, Governor General and Commander-in-Chief of Canada, invited members of the public to join him for the annual Inspection of the Ceremonial Guard and the launch of Storytime on Sunday, June 25, 2017, on the grounds of Rideau Hall.
Credit: MCpl Vincent Carbonneau, Rideau Hall, OSGG

armyrun_img_roll-with-us-start-line-640x320
Event Information Non classifié(e)

Statut de l’événement en personne

#ARMYRUN is Returning to Ottawa!

Après une longue période d’absence, nous sommes ravis d’annoncer notre retour à la course en personne le dimanche 18 septembre 2022 ! Nous adoptons une approche hybride afin d’amorcer un retour à une Course de l’Armée du Canada traditionnelle, tout en continuant à maintenir ce qui est au cœur de l’événement : établir des liens avec les Canadiens et recueillir des fonds pour Appuyons nos troupes et Sans limites – en se réunissant dans un esprit de camaraderie et de communauté. Une fois de plus, ce sera l’occasion pour les troupes d’étendre l’esprit de corps militaire aux Canadiens et de les remercier pour leur soutien. C’est aussi l’occasion pour les Canadiens de remercier les hommes et les femmes qui les servent de tant de façons, au pays et à l’étranger.

In-Person Event Details:

Date: Sunday, September 18, 2022
Location: Ottawa (City Hall)

Distances, Start Times and Registration Cap:  
5K (9:00am) – 4,000 participants
10K (10:00am) – 2,500 participants
5K + 10K Challenge – 3,500 participants
There will be no in-person Half Marathon event for 2022.

Registration goes live Tuesday May 24 at 12:00 noon, so get ready to register!

Important Details:

  • Bien que l’armée commence à revenir à des circonstances plus normales, nous restons prudents lorsqu’il s’agit d’événements qui ne soutiennent pas directement l’entraînement et la préparation opérationnelle. L’organisation de grands événements publics nécessite de nombreuses ressources, notamment du matériel, des bénévoles et du personnel militaire. La reprise de l’entraînement fait actuellement l’objet d’une demande accrue, ce qui a une incidence sur la capacité de notre personnel à assumer des fonctions non opérationnelles.
  • L’événement en personne reviendra au centre-ville d’Ottawa en 2022. Cette décision a été prise après avoir évalué de nombreux facteurs afin de garantir le meilleur événement possible compte tenu des distances à parcourir et des ressources disponibles. Les lieux exacts de départ et d’arrivée seront annoncés dans les semaines à venir.
  • Les heures de départ peuvent être modifiées, mais elles sont actuellement fixées en fonction de l’accès maximal aux services d’OC Transpo, de l’O-Train et de la STO le dimanche matin.
  • Les parcours de 5 km et de 10 km seront disponibles cet été.
  • D’autres événements sur place et des horaires seront communiqués avant la date de l’événement. N’hésitez pas à nous suivre ou à consulter armyrun.ca/fr pour obtenir les derniers détails!
  • Veuillez noter que l’événement en personne sera limité à un nombre total de participants de 10 000 personnes, alors n’attendez pas pour vous inscrire!
  • Les participants, qu’ils soient en personne ou virtuels, auront accès à toutes les formations virtuelles proposées avant l’événement!
  • Les forfaits de course pour les événements virtuels ne seront pas disponibles lors des événements en personne pour les inscrits virtuels.

Current Virtual Participants:

Transfers 

  • You may transfer your registration at any time to the in-person event while spots are available. To transfer, you can visit our registration page here, where the transfer button is available under the main menu. You may also access transfers via your participant dashboard, which can be accessed here.
  • Note – Les événements transférés peuvent faire l’objet de frais supplémentaires correspondant à la différence de prix. Aucun remboursement ne sera effectué pour les transferts vers des événements de moindre valeur.

Virtual and in-person racing
You may register for both the in-person and virtual events to take on even more #ARMYRUN action! Your virtual race package will still be mailed to your address; they will not be made available at the in-person event.

Nous vous remercions de votre patience pendant que nous continuons à développer un événement passionnant pour 2022, et nous espérons vous voir en septembre !

image_Canadian Ranger Sergeant Emily Coombs
Canadian Army Non classifié(e)

Sergent Emily Coombs des Rangers canadiens

L’armée a toujours occupé une place importante dans la vie du sergent Emily Coombs, membre des Rangers canadiens (CR). Il est donc normal que, depuis deux ans, elle ait choisi la Course de l’Armée du Canada comme grand défi de course à pied.

Le Sgt CR Coombs, qui est chef de patrouille pour le 4e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens (4 GPRC) de la patrouille des Rangers canadiens (PRC) d’Ucluelet sur l’île de Vancouver en Colombie-Britannique et qui vit à proximité de Tofino, a participé à la Course virtuelle de l’Armée du Canada ces deux dernières années et prévoit de participer à son troisième Défi du Commandant consécutif en septembre.

Les deux grands-pères du sergent-chef Coombs étaient militaires, et lorsqu’elle court, elle pense souvent à eux,

« Le père de mon père était dans la marine pendant la Seconde Guerre mondiale et le père de ma mère a été signaleur pendant 30 ans dans l’armée canadienne, alors j’ai toujours ces deux personnes à l’esprit lorsque je fais ce travail », a-t-elle déclaré.

Le Sgt CR Coombs a également été attirée par la Course de l’Armée du Canada parce qu’elle lui donne un objectif à atteindre et une bonne raison de continuer à s’entraîner.

« L’intérêt général de la course me plaît également », a-t-elle déclaré. « Je ne penserais probablement pas à faire une course pour le cancer ou autre chose, mais je le ferais pour l’armée parce que l’armée est une partie très importante de ma vie.

Le sergent Coombs est membre des Rangers canadiens depuis six ans, et elle est chef de patrouille du CRP d’Ucluelet depuis quatre ans. Elle est également pompier volontaire à Tofino.

Le Sgt CR Coombs a fait partie de la Réserve navale lorsqu’elle était plus jeune, et elle dit que lorsqu’elle l’a quittée, elle avait bien l’intention de s’enrôler à nouveau, mais la vie est passée par là et elle n’a pas fini par y retourner. Elle n’avait pas entendu parler des Rangers canadiens lorsqu’elle était dans la Réserve, mais lorsque sa famille et elle ont déménagé à Tofino il y a 10 ans, elle a entendu parler des Rangers et a pensé que cela lui conviendrait parfaitement.

« J’ai réalisé plus tard que l’armée me manquait vraiment, et c’est en partie la raison pour laquelle j’ai rejoint les pompiers, car j’aime vraiment la structure, être utile à ma communauté et avoir de très bonnes compétences que vous espérez ne jamais avoir à utiliser, mais que vous êtes heureux d’avoir si vous les avez un jour, juste ce sentiment d’être prêt à tout et d’aider mes voisins et ma communauté », a-t-elle déclaré. « J’aime me sentir utile et je veux être la personne qui court vers le danger plutôt que de s’en éloigner, et je veux me sentir prête à le faire. Je suis vraiment passionné par l’armée en général, et d’après mon expérience dans la marine et ce que je sais de l’armée, je pense que les Rangers sont le mélange parfait de tout, surtout pour moi qui suis près de l’océan. Je peux être sur mon bateau et faire les choses des Rangers sur mon bateau, mais aussi faire les choses à terre, et j’ai vraiment pris goût à l’aspect bushcraft et à la survie dans la nature. Je peux faire tout ce que j’aime au sein d’une même organisation, tout en rendant service à ma communauté.

En plus de diriger son CRP, le sergent-chef Coombs a servi le 4 CRPG en tant qu’instructeur dans le cadre de plusieurs cours de formation.

Elle a enseigné dans le cadre des cours de formation avancée à la survie en milieu sauvage et de formation de base à la survie en milieu sauvage, et elle a été instructrice adjointe dans le cadre du cours d’endoctrinement militaire de base des Rangers canadiens. De plus, le sergent-chef Coombs est en train de devenir instructeur en premiers soins en milieu sauvage.

« C’est un moyen pour moi de transmettre ce que j’ai appris », a-t-elle déclaré. « Cela me permet également de maintenir mes propres compétences et connaissances à jour, ce qui m’oblige à me tenir au courant. Il y a tellement de compétences de Ranger qui sont périssables si on ne continue pas à les pratiquer, alors si je les enseigne, je me force à ne pas les oublier. J’aime beaucoup le travail au niveau de la compagnie et du groupe au sein des Rangers, alors donner des cours et d’autres choses me sortent de ma patrouille pour avoir un contexte plus large des Rangers, et je peux apprendre d’autres personnes d’autres endroits et des choses qui sont faites un peu différemment ailleurs ».