Un combattant de la Normandie – Philip Favel (1922-2021)

CAF unveiling portrait

Le 8 novembre 2020, jour du Souvenir des Autochtones, les Forces armées canadiennes et le Musée canadien de la guerre ont souligné le service du vétéran autochtone, M. Philip Favel. Dans le cadre de la cérémonie au Musée canadien de la guerre, on a procédé au dévoilement d’un portrait de M. Favel, intitulé « Normandy Warrior (Combattant de la Normandie) » et peint par l’artiste Elaine Goble d’Ottawa. L’artiste a généreusement fait don de « Normandy Warrior » au Musée.

Normandy Warrior - Favel
Musée canadien de la guerre Normandy Warrior Peint par Elaine Goble en 2020 Tempera à l’œuf sur panneau Collection d’art militaire Beaverbrook Musée canadien de la guerre 20200359-001

À l’âge de 20 ans, en mai 1942, M. Favel s’est enrôlé dans l’Armée canadienne et a choisi de servir dans le Corps royal de l’intendance de l’Armée canadienne (RCASC). Il a effectué son instruction de base au Centre d’instruction de l’Armée canadienne no 121, à Maple Creek, en Saskatchewan, avant de suivre une instruction professionnelle en tant que chauffeur.

Favel a servi à l’étranger d’août 1943 à juillet 1945, s’entraînant en Angleterre avant d’être envoyé en France pour l’invasion de la Normandie. En tant que membre du RCASC, M. Favel faisait partie d’une organisation chargée de conserver, de déplacer et de distribuer des fournitures aux troupes combattantes. En sa qualité de chauffeur de la 3eDivision et de la 8e Brigade d’infanterie canadienne, il s’est fréquemment rendu au front et en est revenu pour approvisionner les troupes en munitions et en carburant. M. Favel a également servi en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne.

Selon de nombreux témoignages au sujet d’une mission de ravitaillement, le pare-brise de son camion a été touché et fracassé, mais M. Favel ne s’est jamais arrêté ni n’a fait demi‑tour. Il est toujours resté concentré sur la tâche à accomplir. M. Favel a reçu la médaille de la Légion d’honneur française pour avoir non seulement aidé une personne blessée, mais aussi pour s’être occupé de deux enfants pendant sa mission.

Après la Seconde Guerre mondiale et sa libération de l’armée en 1945, et pour le reste de sa vie, M. Favel a défendu les intérêts des vétérans autochtones, qui n’avaient pas droit aux avantages que les vétérans non autochtones recevaient après la guerre.

 

Le 31 janvier 2021, M. Favel est décédé à l’âge de 98 ans à North Battleford, en Saskatchewan. Il laisse dans le deuil ses filles Bernadette (Favel) Fineday et Juliette Favel, sa belle-fille Mary Favel, ainsi que de nombreux petits‑enfants, arrière-petits-enfants et arrière-arrière-petits-enfants.

Private Favel