Équipe de course Frontline

Nous sommes heureux de vous présenter votre Équipe de course Frontline! Ce groupe de 26 ambassadeurs merveilleux, engagés et actifs de la Course de l’Armée du Canada vont :

  • Promouvoir la Course de l’Armée et encourager les gens à venir à Ottawa pour celle-ci
  • Mettre à l’essai de nouveaux produits et équipements
  • Participer à d’autres courses en portant la tenue de la Course de l’Armée
  • Informer les membres de notre communauté de leur entraînement, des courses auxquelles ils participent et de tout ce qui entoure ces activités
  • Diffuser le message « Appuyons nos troupes » et encourager la collecte de dons dans la communauté

Cliquez sur les images ci-dessous pour voir la biographie de chaque ambassadeur et pour les suivre sur les réseaux sociaux.

Keith & Linda Collins

Newcastle (ON)

Keith & Linda Collins

Bonjour! Nous sommes Keith et Linda Collins.

Nous sommes les fiers parents de trois enfants adultes et grands-parents de trois magnifiques petits enfants. Keith est un retraité de l’industrie des logiciels et Linda est infirmière en salle d’urgence. Nous avons toujours mené un mode de vie relativement sain, mais le 28 juillet 2004, nos vies ont basculé lorsque Linda a reçu un diagnostic de lymphome non hodgkinien de stade 4, un type de cancer du sang incurable. Un jour, après des années de traitement, Linda a décidé qu’elle voulait que nous recueillions des fonds et courions un marathon, avec l’aide d’amis appelés « Équipe en entraînement ». Pendant l’entraînement, Linda a rapidement appris qu’elle ne pouvait pas courir en raison des effets des traitements de longues durées. Il n’était pas question d’abandonner, donc nous avons commencé à faire de la marche rapide. Nous avons participé à notre première course, le marathon d’Ottawa, le 28 mai 2006. Depuis, nous avons chacun participé à plus de 125 courses partout en Amérique du Nord, Linda à la marche rapide et Keith à la course.

Nous avons participé à toutes les éditions de la Course de l’Armée du Canada depuis sa création en 2008. Il s’agit de notre façon de remercier les hommes, les femmes et les familles des Forces armées canadiennes qui consentent des sacrifices chaque jour pour les libertés dont nous jouissons dans ce magnifique pays qui s’appelle le Canada.

La Course de l’Armée est une fin de semaine incroyable!

Rudy Allen

Chambly (QC)

Rudy Allen

À 34 ans, je me considère comme un passionné de la course à pieds et des triathlons. Chaque jour, je carbure aux défis qui me sont proposés. Depuis que j’ai changé mes habitudes de vie il y a neuf ans pour me mettre davantage en forme physique, j’ai participé à plus d’une soixantaine de compétitions, dont trois marathons et sept triathlons. En 2018, l’aboutissement de temps d’années d’efforts a certes récompensé lorsque j’ai traversé la lignée d’arrivée du demi-Ironman de Lake Placid aux États-Unis. Originaire de la Beauce, mais résidant désormais à Chambly dans la province de Québec, je suis comblé professionnellement en étant membre des Forces armées canadiennes à titre de Cadre des instructeurs de cadets. Quel honneur pour moi de servir mon pays en développement notre belle jeunesse canadienne! Dans mes « temps libres », j’entraîne également des adolescents et jeunes adultes dans les disciplines du biathlon et du triathlon. D’athlète à entraîneur, il n’a que ma passion pour le sport qui compte en bout de ligne. Le 22 septembre 2019, c’est avec beaucoup de fierté que je participerai pour la 9e fois à la Course de l’Armée. Une course extraordinaire à ne pas manquer !

Nicholas Beaudoin-Mercier

Chambly (QC)

Nicholas Beaudoin-Mercier

Je suis un jeune athlète de 20 ans! Je pratique tous genre de sports – biathlon, triathlon, course à pied, pentathlon etc. Mordu de plein air, j’aime explorer et découvrir de nouvelles cultures.

Ryan Butler

Nepean (ON)

Ryan Butler

Je suis un coureur passionné, un mari dévoué, un grand frère et un gestionnaire des ressources humaines. J’aime l’odeur des souliers de course neufs et l’anticipation du jour de course.

Katrina Byrd

Ottawa (ON)

Katrina Byrd

J’ai été inspirée à courir par ma mère, Catherine, qui a décidé de courir 4,5 km cinq jours par semaine. Catherine a fait le demi‑marathon de la Fin de semaine des courses d’Ottawa en 2007, ce qui m’a poussée à faire mon premier demi‑marathon en 2012. Depuis, j’ai couru 19 demi‑marathons et j’ai comme objectif d’en avoir fait 30 avant mon 30e anniversaire. La course est devenue un moyen d’éliminer le stress, et je cours la plupart des jours de la semaine. Au cours des dernières années, j’ai aussi profité des aspects sociaux de la course au sein du Club de course de la ville d’Ottawa, de Courez Ottawa et de la communauté de coureurs en ligne. Je suis étudiant de cinquième année en Commerce de l’Université Carleton, et je travaille à temps partiel au ministère de la Défense nationale. Quand je ne cours pas, que je n’étudie pas et que je ne travaille pas, on peut souvent me trouver à câliner mon chat sans poils, Lola. Je suis honorée d’avoir été choisie comme membre pour la première année de l’équipe des ambassadeurs Frontline. J’ai hâte de faire connaître mes récits de course et d’encourager d’autres coureurs d’ici à la Course de l’Armée.

Christine Cassey

Acton (ON)

Christine Cassey

Je suis la maman de deux enfants (l’un a 20 ans, l’autre 5), je suis la conjointe d’un réserviste à temps plein de l’Armée, une employée de NAV Canada et la cofondatrice de SoTri. La vie est un tourbillon, mais elle est courte, alors je veux la vivre à plein! J’aime la course et le triathlon, et j’essaie d’amener de nouvelles personnes à ces sports chaque année. Le sport a transformé ma vie en m’entourant de gens qui pensent comme moi, qui sont positifs, des amis de confiance.

Lindsay Chung

Quesnel (C. B.)

Lindsay Chung

J’habite présentement sur une ferme à Quesnel (C.‑B.), où j’ai la chance de faire des corvées de ferme, travailler avec des chevaux et d’aider à monter des programmes pour soutenir les vétérans. J’ai grandi à Comox (C.‑B.), et je suis la fille d’un vétéran qui a servi au Rwanda, alors je veux en faire le plus possible pour appuyer nos troupes – passées et présentes. L’une des meilleures choses que j’ai faites dans ma vie a été de faire partie du relais Ride Across Canada de la Communities for Veterans Foundation en 2015. J’étais membre de l’équipe de soutien pour un voyage à cheval de 211 jours, de Victoria à St. John’s pour faire de la sensibilisation et accroître l’appui aux vétérans contemporains, et ça a changé ma vie. J’ai rencontré tellement de gens merveilleux qui sont maintenant de bons amis, et je m’estime chanceuse de faire une différence dans la vie de gens que j’admire vraiment. Je participe activement aux activités de Communities for Veterans, et je suis enchantée de continuer d’aider les vétérans avec la fondation et grâce aux programmes La Forge, nous voulons tenir une course sur notre ferme en 2018 pour les personnes souffrant des symptômes de l’ESPT (état de stress post-traumatique) et de BSO (blessures liées au stress opérationnel), et à des événements comme la Course de l’Armée du Canada, à laquelle je prévois participer jusqu’à ce que j’en sois physiquement incapable.

Patricia Clooney

Toronto (Ontario)

Patricia Clooney

Je suis une coureuse super amicale (mais très déterminée) à longueur d’année – quelles que soient les conditions météorologiques! J’aime la simplicité du sport. J’aime pouvoir courir en tout temps et en tout lieu… sans pression ou en repoussant mes limites. Dans la vingtaine, je courais pour m’éclaircir les idées et pour me sentir mieux physiquement. Puis, peu après mon mariage, un grave problème de santé m’a envoyée à l’hôpital, où j’étais alitée. Quand j’ai commencé à me rétablir, j’ai réalisé à quel point j’étais rendue faible, je pouvais à peine me tenir debout. Il a fallu tellement d’efforts, physiquement et mentalement, pour que je me remette sur pied, mais j’étais déterminée à recouvrer la santé, alors je me suis fixé un objectif qui semblait impossible : faire la Marathon de New York sous les 3 h 30. Je n’avais jamais couru de marathon avant, et il a fallu de la détermination, de l’engagement et de l’acharnement, mais j’ai franchi le fil d’arrivée à Central Park en atteignant mon objectif. Maintenant que je suis dans la quarantaine, je suis plus forte et en meilleure forme que jamais, et avec mon mari (un grand amateur de cyclisme et de vélo de montagne) et notre adorable toutou, Henry, nous menons une vie très active. Nous travaillons fort tous les deux à temps plein et nous aimons tous les deux trouver du temps pour atteindre nos objectifs en matière de condition physique. Je suis tellement excitée de partager mon amour de la course avec d’autres et je suis honorée d’être une ambassadrice Frontline en 2018!

Fred Connor

Wawanesa (Manitoba)

Fred Connor

Je me suis enrôlé comme réserviste dans les Forces armées canadiennes (FAC) en 1984, au sein du 2e Régiment de génie (Milice) à Toronto. En 1986, je me suis joint à la Force régulière; j’ai été affecté à Calgary en 1987, j’ai effectué deux missions, à Chypre en 1988 et en Bosnie en 1993, et j’ai servi pendant la tempête de verglas. Pendant ma carrière dans les FAC, j’ai obtenu la ceinture noire en karaté Shotokan. Je suis marié depuis 1989, et j’ai deux fils ainsi qu’un petit-fils. J’ai fait l’objet de plusieurs affectations, notamment à Borden, Kingston et Shilo (MB). Durant ma carrière dans les FAC, j’ai subi plusieurs blessures, aussi bien physiques et non physiques, et c’est en raison de certaines de ses blessures que j’ai été libéré des FAC en avril 2008 après avoir servi pendant 23 ans.

Brianna Cowman

Ottawa (ON)

Brianna Cowman

Je suis une jeune professionnelle vivant à Ottawa. Je fais souvent de la course à pied avec des clubs de course de la ville. J’ai eu la chance de me faire des amis extraordinaires par l’entremise de la communauté des coureurs d’Ottawa, et j’ai bien aimé rencontrer de nouvelles personnes lors d’activités de course dans la région. L’automne dernier, j’ai franchi la ligne d’arrivée de mon dixième demi‑marathon, et je me prépare maintenant pour mon deuxième marathon. J’ai participé au Défi de Vimy (5 km + 10 km) à la Course de l’Armée du Canada en 2017, puis au demi‑marathon à la Course de l’Armée en 2018. Lorsque je ne suis pas en train de courir, j’aime faire du vélo, du cardiovélo et des randonnées pédestres, ou prendre (trop) de photos de mon chat.

Scott Cunningham

Syracuse, New York (USA)

Scott Cunningham

Course, famille, conditionnement physique, santé et bien-être : ce sont des mots qui décrivent mes choses préférées, mais cela n’a toutefois pas toujours été le cas. Pendant très longtemps, j’étais obèse, je fumais et je buvais, et j’étais une personne malsaine et malheureuse. En 2011, ayant atteint un poids de 360 livres, j’ai enfin réalisé que j’étais en train de me tuer lentement. Un jour, j’ai transformé la façon dont je vivais, et je ne l’ai jamais regretté. J’ai arrêté de fumer et j’ai commencé à choisir une meilleure alimentation, mais en raison de mon poids, j’étais trop gêné pour courir en public. J’ai entamé un programme de marche/course de 5 km, mais je courais seulement dans un cimetière où personne ne me voyait. Cette année-là, j’ai perdu plus de 100 livres et j’ai participé à mon premier demi-marathon. En 2012, je me suis entraîné pour mon premier marathon, que j’ai terminé avec un temps de 4 h 28. Un an plus tard, en 2013, j’ai été en mesure de courir un marathon en 3 h 18. Aujourd’hui, je suis un mari et un père de quatre enfants, je travaille dans l’industrie des produits de santé naturels, je pèse 180 livres de moins et j’ai couru 30 marathons, et je peux en toute honnêteté affirmer que la course m’a redonné ma vie. Je serai toujours reconnaissant des expériences que j’ai vécues, des personnes que j’ai rencontrées et de la passion que la course a apportée à ma vie. Mon épouse (Katy Cunningham, aussi membre de l’équipe de course Frontline) et moi travaillons ensemble pour atteindre nos objectifs individuels et donner le bon exemple à nos fils. Ce n’est pas facile, mais le jeu en vaut la chandelle!

Katy Cunningham

Syracuse, New York (USA)

Katy Cunningham

J’ai commencé à faire de la course à pied parce que j’ai perdu un pari! J’ai dit à ma meilleure amie, athlète Ironman, que si elle pouvait terminer une course avec un meilleur temps que son copain, je me joindrais à l’équipe de bienfaisance locale et je participerais à la course l’année suivante. Eh bien, elle a réussi, et je ne fais jamais une promesse que je n’ai pas l’intention de tenir. En tant que mère de quatre garçons, épouse et infirmière praticienne à temps plein en cardiologie pédiatrique, j’ai toujours eu l’impression que « je ne pourrais JAMAIS faire cela ». J’étais devenue à l’aise avec le fait d’être obèse et en mauvaise condition physique. Tout ce qui dépassait un cours de yoga était trop d’exercice cardiovasculaire pour moi! Je me suis présentée le premier soir d’entraînement, terrifiée, et j’ai couru 4,5 milles avec mon groupe d’entraînement. Je n’ai jamais arrêté depuis. C’était en mars 2012, et sept mois plus tard, en octobre 2012, j’ai couru mon premier marathon avec un temps de 4 h 28. J’avais perdu 80 livres, je me sentais incroyablement bien, j’étais plus heureuse et en meilleure santé, et j’avais plus de joie et d’énergie pour mes enfants, mon mari et mon emploi. J’ai rencontré certains de mes meilleurs amis et j’ai vécu les expériences les plus mémorables de ma vie. Après avoir eu mon quatrième bébé, je me suis remise en forme et j’ai établi un meilleur temps personnel 13 mois après sa naissance. Après avoir juré que je ne ferais JAMAIS de course à pied, moins encore ADORER courir des marathons, j’ai maintenant participé à 23 marathons. Est-ce facile avec quatre enfants, un mari (Scott Cunningham, aussi membre de l’équipe de course Frontline) et un emploi à temps plein? NON. Mais à l’aide de créativité et de dévouement, cela en VAUT LA PEINE!

Dustin Gavin

Ottawa (ON)

Dustin Gavin

Originaire de l’Île-du-Prince-Édouard, j’habite maintenant à Ottawa, l’endroit parfait pour courir. La course, c’est ce que je fais, mais je n’ai pas toujours été un coureur. Le fait de quitter l’école secondaire et les sports organisés m’a forcé à faire un changement, et j’en suis content. La course me permet de m’évader de ma vie de professionnel de la santé et de profiter de ce que la nature a à offrir. Courir me permet de me mettre à l’épreuve puisque j’essaie d’être meilleur qu’hier. La course, c’est mon truc.

Julie Gooch

Orléans (Ontario)

Julie Gooch

Je suis la maman occupée d’un petit garçon et j’essaie de courir aussi souvent que je le peux! Je travaille pour le gouvernement, et j’essaie de caser mes entraînements les midis ou les soirs. J’ai trouvé que la course m’avait aidée à me relever de ma dépression postpartum et qu’elle a fait de moi une meilleure maman, épouse, fille et personne en général. J’essaie d’encourager les autres à courir!

Hannah Manning

Ottawa (Ontario)

Hannah Manning

Hannah s’est inscrite à son premier demi-marathon en 2012; c’était pour elle un engagement, une façon de se réserver du temps pour elle-même et se consacrer à sa bonne condition physique. Elle court depuis ce jour. La course l’aide à trouver l’équilibre dans sa vie et à satisfaire son besoin d’aller à l’extérieur, que ce soit seule ou en compagnie d’autres personnes. Sur l’heure du midi, vous pouvez la voir courir en boucle près des ponts, et le dimanche elle retrouve ses amis à la boutique Le Coin des coureurs de la rue Slater pour une course longue distance. Originaire de la Colombie-Britannique, elle a déménagé à Ottawa pour ses études universitaires; elle est alors tombée amoureuse de la ville. Elle partage également avec passion ses aventures dans les médias sociaux, sous le nom de @hannahkgm. Elle est ravie de faire partie de l’équipe de course Frontline et a bien hâte d’entreprendre le Défi du commandant de nouveau cette année.

Alexandra Ouzas

Ottawa (ON)

Alexandra Ouzas

J’ai grandi à Ottawa et j’aime courir dans la ville. Je viens juste de terminer ma maîtrise en Génie chimique à l’Université d’Ottawa où j’ai fait de la recherche sur les polymères (j’ai fait de la colle!). J’aime toutes les excuses me permettant de faire une surcharge glycémique et je ne refuserai jamais la bière et les nachos de récupération après la course. J’aime aussi faire des mots croisés. Dans mes temps libres, j’aime jouer avec mon chat, Noelle.

Noel Paine

Gatineau (QC)

Noel Paine

Je suis un papa qui court, un écrivain et blogueur de la région d’Ottawa qui fait inlassablement la promotion d’un mode de vie sain et actif et, bien sûr, de la course. Je suis un ancien capitaine de l’Aviation royale canadienne, et je me suis entraîné avec l’équipe de course militaire des Forces canadiennes. Mon grand‑père a aussi servi au sein de l’Aviation et il a travaillé à bord des bombardiers Lancaster pendant la Deuxième Guerre mondiale. J’ai couru sur toutes les distances, du 100 m à l’ultra‑marathon de 100 km, et je suis constamment à la recherche de nouvelles aventures. Je cherche aussi constamment des moyens de rencontrer de nouveaux coureurs et de transmettre mon amour pour ce sport.

Cliquez ici pour accéder à mon podcast (disponible en anglais seulement) : https://nopainenogainblog.wordpress.com/2019/01/13/sharing-stories-i-have-stumbled-across/

 

Marc-André Prégent

Ste-Catherine-de-la-Jacques-Cartier (QC)

Marc-André Prégent

À l’adolescence, j’ai été une personne active (vélo, basketball, volleyball), mais tout ça s’est arrêté avec la fin de mes études et j’ai rapidement acquit une dépendance à la malbouffe. À l’âge de 27 ans, j’ai fait un infarctus dû à un surmenage au travail et surtout à la mal nutrition. J’aurais dû, à ce moment, prendre ma vie en main, mais ça n’a pas été le cas. Je me considérais comme une personne active. En janvier 2013, j’ai à nouveau été malade (péricardite). Le point tournant est venu avec ma rencontre en cardiologie. Apprendre à 34 ans que si je ne faisais aucun changement, mes chances de vivres était d’à peine 10 ans. Le plus gros argument est venu le 27 juin 2013 lors de mon premier rendez-vous de suivi. J’ai monté sur la balance et j’ai vu que je pesais plus de 450 livres. La course à pied a été une révélation pour moi, puis j’ai pris goût à perdre du poids. Je me suis aussi lancé dans le triathlon et j’ai eu la piqure. J’ai jusqu’à maintenant perdu plus de 160 livres. Ça n’a pas toujours été facile, mais quand j’ai des moments plus difficiles, j’ai beaucoup d’amis(es) qui sont là pour me rappeler que j’ai accompli quelques choses et que je ne dois pas lâcher. Donc je peux dire que la course à pied m’a sauvé la vie.

Yves Prévost

Ottawa (Ontario)

Yves Prévost

Je suis un ‟nerd” de course! Ça vient du fait que je suis scientifique avec un bagage en physiologie. J’aime essayer des plans de course pour voir leurs effets sur les temps de parcours. J’aime entraîner les nouveaux coureurs et les voir s’améliorer. J’ai un bon chien – Archer. J’aime l’entraînement pour les sports canins et l’amener faire de longues promenades et des courses. Il me bat sur les courtes distances, mais je le bats sur les longues! Enfin, j’aime le travail sur bois et la construction. Il s’agit de régler un problème et d’être créatif.

Suzanne Robertson

Ottawa (Ontario)

Suzanne Robertson

Pour faire bref : j’aime courir, cuisiner et boire du café. Je suis diabétique de type 1. Originaire de Kingston, en Ontario, mon chez-moi est maintenant au centre‑ville d’Ottawa, et ce, depuis les 15 dernières années. Je travaille comme directrice adjointe de succursale de la Banque de Montréal. Mon mari et moi aimons voyager, et nous sommes allés à Hong Kong, à Londres, à Dubaï, et un peu partout au Mexique et dans les Caraïbes. En 2017, j’ai participé à la loterie du Marathon de Chicago et j’ai réussi à terminer mon premier marathon. J’ai hâte de voir ce que je vais réussir en 2018!

Chelsie Smith

Ottawa (Ontario)

Chelsie Smith

Je suis diplômée de l’Université Carleton, et je fais actuellement ma maîtrise en psychologie organisationnelle. Quand je ne suis pas en train d’étudier, on peut me trouver au travail (comme auxiliaire d’enseignement à l’université ou comme adjointe de recherche au ministère de la Défense nationale), à suivre mes athlètes préférés dans les médias sociaux, à m’inscrire compulsivement à des courses, à trouver de nouvelles baladodiffusions pour tomber en amour avec le centre‑ville ou les pistes de Gatineau, et les parcourir à la course avec tous les amis que je peux convaincre de se joindre à moi.

Josee Taillefer

Ottawa (Ontario)

Josee Taillefer

Être gérante d’un Starbucks au centre-ville me tient très occupé ! Quand je ne suis pas en train de courir partout à cause de mon travail, je passe mon temps libre à m’entraîner au gymnase, à courir le long du canal Rideau ou à passer du temps à courir sur le tapis roulant, ce qui est redouté mais nécessaire. J’aime aussi faire du bénévolat au Camp Quality ou utiliser mon temps libre pour visiter mes amis et ma famille. Si jamais vous me voyez, dis bonjour ou donne-moi un « high five » !

Ashley Walton

Ottawa (ON)

Ashley Walton

Je me considère comme une flatteuse de chien professionnelle, chef amateur et coureuse en perpétuelle évolution. Après avoir subi une commotion cérébrale en 2016, ce qui m’a forcée à prendre une pause des écrans, je suis retombée en amour avec la course. Les kilomètres s’accumulant derrière moi, je me suis mise à préconiser l’amour de soi, j’ai appris à dire oui plus souvent, à apprécier les récompenses pour le travail acharné et à calmer mon esprit troublé par les doutes. Lorsque je ne cours pas, on peut habituellement me trouver dehors avec mon chien, Murphy, qui n’est pas un gros amateur de course. Il préfère faire de longues randonnées et sentir les fleurs.

Rebecca Wemyss

Ashton (ON)

Rebecca Wemyss

Je suis une coureuse passionnée ainsi qu’une enseignante d’Ashton (Ontario). J’enseigne au niveau secondaire, et dans mes temps libres, j’aime être entraîneur de course de fond et sur piste, aussi bien à mon école qu’avec les Ottawa Lions; je suis aussi bénévole lors de courses. J’ai déjà été sprinteuse, mais en 2009, j’ai décidé d’essayer de courir plus loin qu’un 800 m. Finalement, en 2014, j’ai couru mon premier marathon. Quand je ne cours pas, je m’adonne à la photographie, à la cuisine et j’aime vivre dans la zone rurale d’Ottawa.

Michael Yowell

Omaha (Nebraska)

Michael Yowell

Je suis un officier à la retraite de l’Armée américaine et je profite d’une seconde carrière. J’aime la course en sentier et sur route, ainsi que du vélo. Quand je ne participe pas à une course, je fais du bénévolat pour une autre!